La Russie va protéger ses intérêts économiques

Dmitri Medvedev a récemment tenu une réunion avec des représentants des missions commerciales russes, en présence de 51 personnes. Un correspondant de “La presse russe” a assisté à l’événement et a appris dans quelle direction les changements dans la mission commerciale seront poursuivis. Au début de la réunion, Dmitri Medvedev a pris la parole et a présenté une feuille de route pour le secteur des activités internationales de la Fédération de Russie.

Selon M. Medvedev, au cours des vingt dernières années, les politiciens de différents niveaux ont suggéré la fermeture des missions commerciales. Cependant, ces organisations étrangères possédant une riche histoire et un potentiel prometteur, il a été décidé de ne pas les fermer, et les autorités ont pris le chemin de la réforme et de l’optimisation. De plus, récemment, le statut des représentants des missions commerciales a été révisée – ils sont maintenant reconnus comme agents de la fonction publique d’élite. “C’est un report de ces positions dans le groupe le plus élevé de postes dans le secteur public et la fonction publique et, bien sûr, l’augmentation de salaire correspondante. Je suis sûr que nous voulons tous posséder un système solide de missions commerciales efficaces et l’évolution du mécanisme par lequel notre pays doit défendre ses intérêts ainsi que établir une coopération mutuellement bénéfique avec de nouveaux partenaires pour le développement durable et la confiance dans l’avenir”.

Le ministre du Développement économique Alexei Ulyukayev a reconnu que la Russie est confrontée à des défis majeurs: «Nous devons trouver les bonnes réponses aux défis que l’économie mondiale met devant notre pays, et se concentrer sur le bon choix des directions principales”. Dmitri Medvedev a fixé la tâche ambitieuse de développement – à son avis, la Russie sera en mesure de prendre de l’avance sur la croissance du commerce mondial et d’atteindre le niveau de 6 pour cent par an de croissance. Une autre question importante qui a été également soulevé est une forte proportion des produits primaires dans les exportations de Russie: «Notre contribution au chiffre d’affaires global de non-marchandise est très faible – environ 1,5% Il est nécessaire de construire un système de soutien pour les exportations industrielles en un avenir proche pour essayer d’obtenir de l’avance sur le rythme qui dépasse la croissance du commerce mondial – au moins 6% par an” – a présenté les plans du gouvernement Dmitri Medvedev.

La Russie espère une Union eurasienne

Dmitri Medvedev a annoncé des plans ambitieux pour la Russie de développer la coopération au sein de l’Union douanière et eurasienne, ainsi qu’avec d’autres partenaires locaux, y compris l’Occident: «Ensemble, avec nos partenaires de la Biélorussie et le Kazakhstan, nous sommes prêts à étendre l’union douanière, et à créer des zones de libre-échange (ZLE), y compris dans le format de “libre-échange plus” – tant avec les États individuels qu’avec des associations régionales, y compris ceux en Europe. Certes, il reste encore beaucoup à faire, et l’Union économique eurasienne doit pleinement divulguer son potentiel d’intégration inhérent» – a dit le premier ministre.

La protection de la Russie contre les menaces est liée à l’intégration européenne de l’Ukraine

Medvedev n’a pas oublié de toucher le thème de l’intégration européenne de l’Ukraine et de la Moldavie. Selon lui, la Russie a été forcée de prendre des mesures conservatoires pour protéger son économie: “Nous évaluons objectivement l’impact négatif de ces décisions pour notre économie, nous considérons ces risques suffisamment au sérieux, en particulier en ce qui concerne les règlements techniques, les normes, les mesures sanitaires et phytosanitaires. Par conséquent, nous sommes engagés dans des consultations avec l’UE et nos partenaires de l’Union douanière et de la CEI”.